La malédiction des chaussures neuves

J’aime bien faire les magasins. Enfin surtout les magasins en ligne parce que, n’ayant pas le temps la semaine, c’est un peu l’horreur d’aller faire les magasins le week-end. J’aime bien aussi les chaussures, les chaussures neuves de préférence. Je voue d’ailleurs un culte aux Chelsea boots. Sauf que mon problème c’est que j’ai un peu tendance à être monomaniaque. Quand j’ai une paire que j’aime bien, je la mets tout le temps jusqu’à l’user à la corde. Je dois avouer que ce n’est pas tous les jours que j’ai une paire qui me tient plusieurs années.

Du coup, vous l’aurez compris, quand je reçois des nouvelles chaussures, c’est la fête! Quelle joie de déballer le carton et d’admirer les tant convoitées. Surtout quand il a fallu attendre plusieurs semaines avant de les recevoir. Alors, ni une ni deux, je prévois pour le lendemain une tenue qui me permettra d’arborer mon nouvel achat. Oui mais dans mon empressement, j’oublie souvent un détail important : j’ai les pieds extrêmement fragiles.

Alice passion pansements

J’ai longtemps fait de la danse, en particulier de la danse classique et avec : des pointes. Ces chaussons m’ont longtemps fait rêver, surtout quand je n’avais pas encore le droit d’en porter. Mais quand j’ai commencé les entraînements, je me suis aperçue que j’avais bien plus mal que mes copines. S’en suivait toute une cérémonie. Quand tu as des pointes neuves, il faut les « casser », c’est-à-dire les assouplir. Pour cela, rien de bien sorcier, il faut les porter. C’est ainsi que je me retrouvais à dormir avec mes pointes et à déambuler dans la maison avec une démarche de canard qui a mal aux pieds.

Puis, avant de les enfiler pour danser, je couvrais mes pieds de pansements. Je savais exactement où j’allais souffrir et je ne manquais jamais de bien protéger lesdites parties dans l’espoir d’éviter des ampoules. Si je peux supporter la douleur, il n’y a rien de pire qu’une ampoule qui frotte!

Les chaussures neuves et les ampoules

Sauf que j’ai arrêté les pointes depuis quelques années et que dernièrement, j’ai surtout acheté des baskets confortables. Alors je l’avoue, j’avais un peu oublié que quand je mets des chaussures neuves, je fais direct des ampoules. C’est donc avec une innocence presque navrante que j’ai enfilé mes nouvelles chaussures. Et ça n’a pas manqué, je n’avais pas fait une cinquante de pas que déjà une douleur me transperçait le talon. Aïe aïe, j’étais bonne à filer à la pharmacie acheter des pansements. On pourrait croire que j’ai appris ma leçon depuis le temps, mais non!

Shooting réalisé dans les rues de Pontoise à l’occasion du concours Repetto. 

Vous aussi vous avez mal aux pieds avec des nouvelles chaussures ? Partagez-moi vos aventures en commentaire!

4 commentaires Ajoutez les votres
  1. Je me sens tellement solidaire !!! Bon, moi c’était pas les chaussons de danse à répétition (ou pour les répétitions, ah ah ah) mais les chaussures de ski… Ca ne broie pas les pointes mais le pied dans le sens de la largeur (sans compter le froid). Seule solution : Le chausson intérieur moulé sur mesure… à condition, bien sûr, de ne plus avoir le pied qui grandit ! Or, certains évènements de la vie, grossesse, ménopause, peuvent te faire prendre une pointure… Si ! Si ! ☹ je crains la prochaine descente en ski…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *