Favoris de Juillet 2016

 

Nous sommes déjà en aout. Oh lalala. Depuis que j’ai pris un emploi du temps d’adulte (je travaille tous les jours – bon okay, pas le week-end) je ne vois pas le temps passer parce que quand je rentre le soir, je suis souvent trop crevée pour faire quoique ce soit. Et j’ai fait des choses tous les weekends. C’est donc assez loin de mon emploi du temps d’étudiante que j’avais depuis deux ans. Du coup c’est une liste un peu courte que je vous propose de découvrir. Au menu, de la musique, une série, un livre et une expo!

De la musique

Où va le monde de La Femme

Après un premier album que j’avais écouté en boucle, La Femme est de retour. Avec son faux air naïf, presque enfantin à énumérer tout ce qui ne va pas, Où va le monde met le doigt là où ça fait mal. C’est à mes yeux une chanson qui offre comme une bouffée d’air dans cette ambiance parfois si morose à cause des derniers événements en France.

Spirits de The Strumbellas

Dans un genre assez différent, j’ai également beaucoup écouté les Strumbellas et un particulier la chanson Spirits. Ca a été un coup de coeur immédiat, le genre de chanson que tu as envie d’écouter autant le matin pas trop bien réveillée avec une envie de bonne humeur ou le soir pour se détendre tranquillement

 

Une exposition

Olafur Eliasson à Versailles

Pour la première fois de ma vie cet été, j’ai mis les pieds au château de Versailles. Je dois avouer que même si je n’ai pas eu le temps de visiter les jardins (à quand la prochaine visite complète ?), j’ai été sacrément impressionnée. Par le château en lui-même, par sa taille, sa démesure et ce qu’il y avait dedans! Et parmi cela, il y avait les installations d’Olafur Eliasson. Bien loin du Vagin de la Reine qui avait défrayé les chroniques l’année dernière, on a cette année une exposition temporaire, assez sobre voire même simpliste, qui a pourtant son effet! Les jeux de lumières se marient très bien avec la splendeur du château et comme vous pouvez le voir, je me suis bien amusée avec les installations!

Du 7 juin au 30 octobre 2016

Une série

The 100 – saison 1

poster-the-100-saison-2

Il y a 97 ans, un holocauste nucléaire a décimé la population de la Terre, détruisant toute civilisation. Les seuls survivants sont les 2 400 habitants des douze stations spatiales qui étaient en orbite à ce moment-là. Trois générations sont nées dans l’espace et les ressources s’épuisent sur leur Arche mourante – les douze stations spatiales sont désormais reliées entre elles et réorganisées afin de garder les survivants en vie. Des mesures draconiennes ont été prises, la peine capitale et le contrôle de la population sont à l’ordre du jour, les dirigeants de l’Arche font des choix impitoyables pour assurer leur futur, notamment exiler secrètement un groupe de 100 prisonniers mineurs à la surface de la terre pour découvrir si elle est redevenue habitable. Pour la première fois depuis presque un siècle des humains sur la planète Terre. Parmi les 100 exilés, il y a Clarke, la brillante adolescente fille de l’officier médical en chef de l’Arche, Wells, le fils du Chancelier, Finn le trompe-la-mort, et le duo Bellamy et Octavia les frère et sœur, que la fraternité a toujours poussé à enfreindre les règles. Privés de communication avec la terre, les dirigeants de l’Arche – la veuve et mère de Clarke, Abby, le chancelier Jaha et son sombre commandant en second, Kane – doivent prendre des décisions difficiles au sujet de la vie, de la mort et de la survie de la race humaine. Pour les 100 survivants, la terre est une planète étrangère dont ils ignorent tout, c’est un royaume mystérieux qui peut être magique un instant et mortel l’instant suivant. La survie de la race humaine repose sur les 100, ils doivent parvenir à transcender leurs différences.

[Source Wikipédia]

Je dois avouer que si le synopsis me paraissait prometteur (j’aime bien les séries qui se déroulent dans le futur), les premiers épisodes m’ont fait peur. Remplis de clichés et de stéréotypes, j’ai du m’accrocher pour continuer. Heureusement, au fil des épisodes, l’histoire se construit  et on finit par s’accrocher aux personnages qui deviennent peu à peu moins manichéens que les premières minutes le laissaient présager. C’est au final une série qui se regarde sans se prendre la tête et fait passer un bon moment. Comme elle est bien faite, à la fin de la saison on reste sur notre faim/fin avec encore de nombreuses questions en suspens et on enchaine sans réfléchir avec la suite.

Il y a actuellement trois saisons disponibles.

Un livre

Complètement51n7rn0zrpl-_sx195_ cramé de Gilles Legardinier

On dit qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture. Après la lecture de celui-ci, j’en suis convaincue car si je m’étais fiée à ce chat à l’air surpris, je ne l’aurais pas ouvert et quel dom
mage! Gilles Legardinier, auteur également de Demain j’arrête! nous offre un livre frais, rempli de bonne humeur et de vie. On suit les aventures d’Andrew Blake, un industriel anglais qui ne supporte plus son quotidien et décide de changer de vie du jour au lendemain en devenant le majordome d’une riche veuve.

Décalé, bourré d’humour british, ce livre vous fait passer un bon moment et vous avez envie d’être ami avec les personnages si attachants. A dévorer d’une traite!

 

Favoris de juillet : Partagez les vôtres !

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Twitter, Instagram et Hellocoton !

11 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *