Live report : Muse à la Tour Eiffel – 28 juin 2016

A l’occasion de l’Euro 2016 de football, Muse était invité le 28 juin à se produire à la fan zone de Paris, juste en dessous de la Tour Eiffel devant 80 000 spectateurs. A l’origine juste une rumeur, inutile de préciser que lorsque c’est devenu une réalité et que la billetterie s’est ouverte, les places sont parties comme des petits pains. Moi qui m’étais faite la réflexion qu’après mon passage en gradin pour Muse, je voulais faire de la fosse, je suis servie!

Concert-Muse-Tour-Eiffel-Paris-Affiche

Le JourJ, période de tensions oblige, la sécurité est renforcée à chaque coin de rue et la file pour rentrer s’allonge à ce qui me semble l’infini. J’aurais dû arriver plus tôt mais malheureusement je ne pouvais pas. Après deux passages de contrôle avec fouille au corps (ça ne rigole pas!), je peux entrer sur le site et rejoindre ma pelouse or. Le temps que j’arrive la première partie, X Ambassadors, a déjà commencé. mais je peux facilement me faufiler pour retrouver mes proches : la fosse n’est pas encore pleine. Malheureusement, la régie est assez mal placée ce qui fait qu’une bonne partie de la scène est cachée si on se place au milieu de la fosse : on choisit donc de se positionner sur la gauche, légèrement en hauteur grâce à une petite bosse de terre.

X Ambassadors fait bien le travail, leur set, assez long, nous plonge dans une ambiance bonne enfant et la cloture avec leur titre phare Renegades finit de mettre tout le monde d’accord. On est prêt pour Muse.

Concert-Muse-Tour-Eiffel-Paris

J’ai l’impression que la préparation de la scène pour le trio a été assez rapide, pourtant ce n’est qu’après 22h et le sublime scintillement de la Tour Eiffel que le groupe rentre en scène avec Psycho. Le public me surprend en bien en entonnant d’une seule voix les « Aye sir!« . On enchaine directement, pour mon plus grand plaisir, avec Plug in Baby, que je n’avais pas eu en mars. la suite est un enchainement de hits de Dead Inside à Map of The Problematique en passant pour Time Is Running Out ou Starlight, il y en a pas tous les gouts afin de ravir les nouveaux comme les anciens fans du groupe. Mercy se révèle comme l’une de mes chansons préférées, sonnant à mes oreilles comme une invitation à la fête (j’ai failli dire une hymne à la joie mais je ne sais pas si la référence à Beethoven et l’hymne européen est vraiment une bonne idée…). Madness en particulier conquit le public si l’on se fit aux hurlements dès les premières notes et à la fosse qui reprend les paroles en choeur.

Matt Bellamy ne passe qu’une fois au piano et encore pour un court moment, le groupe préférant des chansons plus punchy pour cet événement et c’est sans rappel que l’on commence à entendre Chris Wolstenholme prendre son harmonica et jouer les premières notes de L’homme à l’harmonica, annonciateur de Knights of Cydonia, traditionnellement la dernière chanson du set. Montée sur les épaules de mon frère, la vue est saisissante, tous ces poings tendus et ces voix qui reprennent les paroles donnent les frissons. A peine la chanson terminée que le groupe salue, nous quitte et une voix dans les haut parleurs nous enjoint de quitter la fanzone au plus vite.

Le groupe nous a servi un concert de qualité, mais je regrette des voisins assez mous et surtout, un manque de grandeur. Ce concert s’annonçait comme somptueux et unique, pourtant on a l’impression que le groupe a fait son boulot, certes très bien, mais sans donner de son âme. Bien sûr un concert de Muse reste un concert de Muse, une grosse claque et une bonne dose d’adrénaline, mais après la recherche scénique de la tournée 360, on a un gout de trop peu. Je regrette de ne pas avoir eu plus d’effets, de drones qui volent dans les airs, n’étant pas habitué à cette sobriété.

aMais tout de même, ne soyons pas si critique : voir la dame de fer s’illuminer de mille feux à 23h pendant que le show bat son plein à une saveur incomparable que je ne suis pas prête d’oublier. Oui, l’été a bien commencé.

5 commentaires Ajoutez les votres
  1. C’est vrai qu’on a un peu été pris de court par la promptitude de la fin mais c’était quand même assez magique, surtout avec la Tour Eiffel derrière et le monde présent sur place… Une expérience qu’il aurait été dommage de rater !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *