Vacances en Chartreuse : 3 idées de randonnées

L’été dernier, je suis allée rejoindre mes parents en Chartreuse. J’ai grandi dans cette région, et j’ai arpenté ces montagnes de mes 3 ans à mes 20 ans. Mais depuis le déménagement de mes parents en région parisienne, je n’ai plus eu l’occasion d’y remettre les pieds. En prenant mes billets, je savais que j’avais envie de faire des randonnées, alors même que petite je détestais ça. Il faut dire que j’ai souvent eu pas de chance et que la vue incroyable promise par mes parents étaient souvent cachés par les nuages. Mais des années plus tard, j’avais une soif de nature et de grands espaces que la vie citadine ne pouvait pas satisfaire. Et mes jambes, habituées à arpenter Paris en long en large et travers avaient envie de se frotter à des dénivelées. Pour autant, courir sur les trottoirs de Paris n’est pas marcher dans les sentiers pentus des sommets alpins. C’est pourquoi nous avions prévus plusieurs types de randonnées avec des difficultés croissantes ! Voici trois randonnées à faire en Chartreuse :

Epingle-moi sur Pinterest

Le Charmant Som : pour se remettre en jambes

Pour ma première randonnée en Chartreuse, nous avons choisi le Charmant Som. Du haut de ses 1867 m, il fait partie des 3 sommets dominants de St Pierre de Chartreuse. L’avantage de ce sommet, c’est qu’il est facilement accessible et propose un beau panorama à l’arrivée. Pour les « vrais » Grenoblois, c’est vraiment la ballade du dimanche. On la fait généralement quand le ventre est lourd après un repas un peu trop copieux !

Si vous êtes en famille, vous pouvez choisir le chemin principal, par la droite. Ou pour être plus précise, le sentier au Nord Ouest qui monte en direction de la grande colline. Pas de risque de le manquer, c’est bien indiqué et il y a souvent du monde !

Vue du somment du Charmant Som en Chartreuse

Si comme nous, vous êtes un peu plus aventureux, je vous conseille de prendre l’autre chemin. Vous attaquerez alors la marche par la face Est depuis les Revols. Vous pourrez alors serpenter sur un versant un peu plus sauvage de la montagne et même faire un tout petit peu d’escalade. Rien de bien difficile, je vous rassure, pas besoin d’équipement. Mais c’est le genre de distraction que j’aime en randonnées. Nous avons rencontrés en chemin un troupeau de vaches qui paissaient tranquillement dans les alpages. Y’a pas à dire, celles-là avaient la belle vie !

Les fleurs des montagnes en Chartreuse

Une fois arrivés au sommet, admirez la vue sur les cols autour de vous. Attention, il faut toujours toucher la croix, sinon ça ne compte pas (parole de montagnarde) ! Pour le retour, vous pouvez reprendre le chemin principal, ce qui vous permet de faire une boucle plutôt que de retourner sur vos pas.

 

Durée de la marche : 3h 
Dénivellation positive : 750 m
Difficulté : facile à très facile

 

La dent de Crolles : pour faire comme les Grenoblois

Pour cette deuxième randonnée en Chartreuse, on a choisi un autre classique de la région : l’ascension de la dent de Crolles. Ce sommet haut de 2062 m est très apprécié des Grenoblois ! Le départ se fait depuis le col du Coq et dès le début, on peut apercevoir le sommet. Le début du parcours se fait dans les sous-bois, ce qui permet de s’échauffer tranquillement jusqu’à devoir faire un premier choix. On peut accéder à la dent de Crolles par deux chemins : Le Pas de l’Œille à droite (face Sud) ou par le Trou du Glaz à gauche (face Ouest).

Randonnées de la dent de Crolls en Chartreuse

Nous avons choisi de faire l’ascension par ce dernier car encore, une fois, il y a une petite partie escalade (avec des câbles incrustés dans la roche) que je préfère en montée qu’en descente. Sur le chemin, vous pourrez voir assez rapidement la fameuse grotte du Trou du Glaz. Une jolie petite dose de fraicheur après vos premières suées du matin ! C’est une des entrée qui permet d’accéder au réseau de galeries souterraines de la Dente de Crolles, mais n’ayant jamais fait de spéléologie, je n’y ai pas mis les pieds !

La partie la plus insolite de ce sentier est un passage étroit entre deux blocs rocheux (ça s’appelle une diaclase). Impossible de ne pas penser au film 127 heures quand on voit les roches coincées au-dessus de nous ! Mais pas de danger, tout est bien sécurisé. La fin de la grimpette se fait sur des lapiaz (une formation géologique de surface dans les roches calcaires et dolomitiques, créée par le ruissellement des eaux de pluie) ou sur ce que j’appelle de l’herbe à marmottes ! Malheureusement, aucune en vue à mon passage…

Quand tu as peur de devoir finir par sacrifier une main mais que tu fais toujours bonne figure

Au sommet (encore une fois, pensez à toucher la croix !) vous pourrez admirer le Mont Blanc si vous avez de la chance. Sinon, attention au vertige, car c’est le vide complet ! Pour le retour, nous sommes donc passés par le Pas de L’Oeille qui commence par un goulot assez pentu, mais pas dangereux du tout si on prend son temps. On finit la route dans les alpages avant de rejoindre le croisement, puis le col du coq ! L’avantage des randonnées en Chartreuse, c’est que vous pouvez généralement voir tous les autres cols !

 

Vue depuis le sommet de la dent de Crolles

Durée de la marche : 3h environ
Dénivellation positive : 660 m
Difficulté : moyenne

La Grande Sure : pour les sportifs entrainés

En toute transparence, je n’ai pas pu refaire la Grande Sure cette année. Cependant, la Sure est moi, c’est une longue histoire d’amour : c’est la première montagne que j’ai faite en arrivant en Isère. J’avais à peine plus de 4 ans et j’étais tellement petite que mon père devait me tenir au sommet pour que je ne m’envole pas. Et c’est aussi la vue que j’avais depuis la fenêtre de ma chambre. Pour moi, c’est la montagne qui me fait dire quand je la vois : « je suis chez moi« .

Le départ se fait au Col de la Charmette. Au départ du parking, vous devez vous diriger vers le chalet de la Charmette et monter en direction du Col de la Grande Vache par un chemin forestier. Ensuite, il faut descendre jusqu’au Col de la Sure et puis vous pourrez alors monter au sommet de la Grande Sure. Vous devrez descendre par le même chemin puis vous pourrez continuer la boucle en traversant les alpages pour rejoindre Hurtières puis le col du même nom. Enfin, en continuant vers le sud jusqu’à la prairie de Vavarey vous pourrez redescendre au Col de la Charmette.

Durée de la marche : 5h 30min
Dénivellation positive : 850 m
Difficulté : difficile

A lire aussi : Une semaine dans le bassin d’Arcachon

Alors, ai-je réussi à vous donner envie de faire des randonnées en Chartreuse ?

6 commentaires Ajoutez les votres
  1. Merci pour cette belle visite! Ça fait du bien au moral toute cette nature, ce vert 🙂
    C’est marrant quand on est petit on déteste toujours marcher, faire des randonnées mais une fois qu’on devient adulte (et sans doute qu’on vit en plein centre ville), on peut vraiment apprécier la beauté simple de la nature!

    1. Je me demande si c’est pas le côté « mes parents m’obligent » qui pose problème. Et de devoir se lever tôt aussi ! Mais en grandissant, on apprécie de plus en plus ces pauses verdures

  2. Que dire à part que ces photos me donnent envie de retourner faire des randonnées. Le confinement commence à être un peu long et j’ai des envies de nature.
    J’ai hâte de pouvoir à nouveau sortir et voyager.

Laisser un commentaire