Rock en Seine 2016 – Jour 2 : de la folie, de la sueur et Naive New Beaters

Samedi. Après une bonne nuit de sommeil, on se sent de nouveau d’attaque. Il parait faire un peu moins chaud que la veille, mais aujourd’hui encore, les shorts et débardeurs seront de mise. Cette fois, lorsqu’on arrive aux alentours du site, la foule est impressionnante. Evidemment, on est samedi.

Le temps de passer la sécurité, le concert de Wolfmother est déjà bien entamé et on préfère aller voir l’exposition Rock’art. Certaines illustrations sont très réussies, d’autres me laissent perplexes, mais c’est toujours marrant de voir les interprétations des artistes. Existant depuis 2012, l’exposition Rock’art est toujours un petit événement, un passage obligé pour tous les festivaliers curieux de Rock en Seine. On va voir quand même ce qui se passe sur la grande scène pour Bring Me The Horizon. La mise en scène est très sympa, mais le style de musique n’est pas vraiment le nôtre alors on part s’inscrire pour faire un blind test au stand Bonobo.

rockart-12-900x692

On s’entraîne un peu pour voir notre réactivité pendant le passage d’autres personnes : on est assez complémentaire. Et puis quand c’est notre tour, je ne peux m’empêcher d’être un peu excitée. On réussit facilement à reconnaître les premières chansons, prenant de l’avance, avant d’être rattrapé à la fin par nos adversaires. Dernier point en jeu, c’est le match point. J’entends les premières notes; je connais la musique. Ma main presse le buzzer, c’est à mon tour de parler et là, c’est le blanc. Le stress me fait oublier le nom du groupe. Je dois chantonner les paroles pour que ça me revienne : Gossip! On a gagné! On récupère notre lot (des paires de lunettes) et on va à la scène de la cascade pour les Casseurs Flowters.

Je dois avouer que j’y allais un peu à reculons, pour faire plaisir. J’avais un très mauvais souvenir du concert d’Orelsan et je partais du principe que je n’avais jamais été très « rap ». Mais c’était sans compter l’ambiance bonne enfant. A coup de punchlines bien pensées, je rentre dans le concert et passe plutôt un bon moment. Okay, les préjugés, c’est le mal, même en musique.

On va se promener un coup, rejoindre des amis entre temps, discuter et boire une bière puis on retrouve la scène de la cascade pour La Femme. Le groupe français est un peu victime de son succès, le public est rempli et on est serré comme des sardines. Quand on connait les chansons, on se doute bien que le groupe est un peu perché, mais les voir en concert était encore un stade au-dessus. Du coup on danse, on rigole, on pousse un peu les gens quand on se sent écrasé. Les tubes sont tout de suite reconnaissables, mais les chansons du nouvel album font également leur effet. De celles que j’ai découvertes, Elle ne t’aime pas doit être ma préférée. Mais les chansons s’enchainent et je regrette un certain manque de communication du groupe et peut être aussi qu’ils soient programmés dans l’après midi, sous un soleil de plomb.

On mange devant Edward Sharpe and The Magnetic Zeros. Pas forcément le concert du siècle mais c’est plutôt sympa. Je loupe néanmoins la géniale Home et j’en suis un peu déçue.

Rock-en-seine-sigur-ros

L’avant dernier concert est les Islandais de Sigur Ros. J’étais assez curieuse de voir ce que donnait leur musique en concert. Le résultat est quelque chose de très doux, très poétique mais pas du genre à soulever les foules. On est plus dans l’attente, à regarder les sublimes effets de lumières et les écrans. C’est reposant, c’est beau mais ce n’est pas suffisant : autour de moi, les gens sont assis et semblent profiter du spectacle de loin.

Alors il est temps de se réveiller et de retourner danser au son de Naive New Beater, probablement le meilleur concert de la soirée. Leur bonne humeur est contagieuse, on les suit, on chaloupe, on sautille, on chante à pleins poumons. Pour fêter leur venue à Rock en Seine (c’est pas la première fois, mais ils sont contents d’être là), Izia monte sur scène pour chanter avec eux Heal Tomorrow. Vêtue d’un body, j’ai d’abord un peu peur d’un accident à la Sophie Marceau, mais visiblement elle maitrise. Du coup, elle redonne de l’énergie à tout le monde et c’est reparti pour sautiller. Le groupe continue de mettre l’ambiance avec beaucoup d’humour et je pense que toutes les personnes présentes ont pensé comme moi : ça c’est du bon concert!

Rock-en-seine-naive-new-beaters

On quitte le site du festival à regret, un peu moins fourbu que la veille, mais on sait qu’il nous faudra de l’énergie pour le dernier jour.


C’est par ici si vous voulez revivre le vendredi à Rock en Seine et le dimanche

4 commentaires Ajoutez les votres
  1. Ouiiiii! Les Naive new beaters!! Il m’a mis un smile terrible ce concert. Et bien joué l’impasse sur Bring me the Horizon, bien joué. En même ça nous a beaucoup fait rire de tenir compagnie à nos autres amis ^^

    1. J’ai une amie qui était avec moi pendant le festival qui est super fan de BMTH, c’est pour elle que je suis allée voir à quoi ça ressemblait, mais bon, le blind test c’était très drôle aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *