5 bonnes habitudes à piquer aux Danois pour être heureux

A part si vous débarquez ici pour la première fois (et dans ce cas bienvenue ! J’espère que j’aurai l’occasion d’échanger avec vous), vous devez savoir que j’ai vécu quelques mois à Copenhague dans le cadre d’un échange Erasmus. Quelques mois que j’ai adoré et que je chéris toujours. Il est difficile d’expliquer pourquoi on a un coup coeur avec certains endroits et pas d’autres. Pourquoi on se retrouve à radoter sur le même sujet alors que d’autres vous laissent de marbre. Pour pleins de raisons, ces quelques mois ont été parmi les meilleurs de ma vie. Mais en y réfléchissant, ce n’est pas si étonnant que cela. En effet, le Danemark est très imprégné par le hygge, ce qui permet une certaine qualité de vie. On devrait s’en inspirer beaucoup plus ! Voici 5 bonnes habitudes à piquer aux Danois pour être heureux.

Ne pas se soucier de la météo

Premier point et pas des moindres : apprendre à ne plus se soucier de la météo. Le Danemark n’est pas spécialement réputé pour son climat et à juste titre. Du coup, si tu ne veux pas vivre comme un reclus chez toi, tu apprends très vite à vivre qu’importe la température extérieure. Le tout est de savoir s’habiller en conséquence, quitte à avoir toujours un parapluie sur soi et de s’adapter à la situation. Vous ne prévoyez pas de pique-nique en hiver j’imagine ? Mais à la place, vous pouvez prévoir une bonne raclette par exemple !

Vous verrez, en arrêtant de checker la météo toutes les heures pour savoir si votre week-end va être ou non raté, vous allez vous enlever un poids. Efficacité garantie !

Faire le plus de choses possibles en marchant

Ce deuxième point n’a pas pour but de vous faire faire du sport à tout prix. Alors bien sur il y a plein de bienfaits à limiter au plus possible la sédentarité, mais ça va encore un peu plus loin pour moi. Je ne suis jamais plus passive que quand je suis dans le métro, ou en voiture (enfin si je ne conduis pas). Je m’ennuie, alors je fais un tour sur les réseaux sociaux, je lis un article ou je joue à des jeux. Au final, rien de très reposant, rien qui me coupe vraiment de ce que je faisais avant. Je suis en attente que ce mauvais moment soit passé.

Vous le savez probablement, les Danois sont des fous du vélo. A Paris, je ne suis pas encore toute à fait rassurée pour en faire autant que j’en faisais à Copenhague. Alors je mets ça à ma sauce, et je marche beaucoup à la place. J’en suis encore loin des 10 000 pas journaliers (assez peu compatibles avec une vie de bureau, on ne va pas se mentir). Mais quand j’ai besoin de me changer les idées, trouver un concept créatif, aller chercher du pain ou plus simplement me déplacer quand le trajet est inférieur à 30 min à pieds, je marche. Et je peux vous dire que ça fait du bien !

 

Travailler son équilibre vie pro/ vie perso

Cela peut être perturbant s’il vous arrive de travailler avec des Scandinaves, c’est qu’après l’heure, c’est plus l’heure. Contrairement à la France où il est souvent bien vu (du moins on aime le penser) de finir tard comme un bourreau de travail, les Danois ne ramènent que rarement des dossiers chez eux. Les entreprises essaient très souvent d’aider leurs employés à concilier contraintes professionnelles et vie familiale avec horaires flexibles, télétravail et compagnie.

En France, surtout dans certaines boites, ce n’est pas toujours facile de s’y mettre. Même si la direction ne vous oblige pas à partir tard le soir, c’est souvent compliqué de résister à la pression de ses collègues. J’ai toujours trouvé ça aberrant et j’essaie d’expliquer à mes (jeunes) collègues que ça ne va pas rendre plus heureux les boss s’ils partent à 19h30 alors qu’ils n’ont plus rien à faire depuis 2 heures. Au contraire, qu’ils aillent vivre des expériences, ils seront plus efficaces !

Et si, au contraire, vous êtes débordés, rappelez-vous qu’à part si vous êtes médecin ou pompier, vous ne sauvez pas des vies. Inutile de sacrifier la vôtre pour rien, rares sont les choses qui ne peuvent pas attendre le lendemain.

Passer du temps dans la nature

Le Danemark n’est pas un pays très peuplé alors il existe encore beaucoup d’endroits un peu sauvages. Et même dans les grandes villes, vous pouvez retrouver des parcs en peu partout. J’étais tombée il y a quelques mois qui expliquait que pour les enfants en maternelle, certaines écoles faisaient le choix de cours… en pleine forêt ! En plus de développer leur autonomie, leur sens de l’orientation ou leur conscience écologique, des études ont montré que passer quotidiennement du temps dans la nature rendait les enfants moins souvent malades, plus sociables et plus concentrés.

Si vous êtes comme moi, vous avez depuis longtemps dépassé la maternelle et même l’école tout court. Il est facile de s’enfermer dans la routine quotidienne et de ne plus quitter les zones urbaines. Pourtant, prendre un grand bol d’air frais vous permet de vous déconnecter et de prendre du recul.

 

Prendre le temps de s’écouter

Quelque chose qui m’avait marqué en discutant avec une amie danoise, c’est qu’elle me disait que l’année de césure était très répandue. Mais pas l’année de césure comme moi je l’ai vécue à enchainer les stages. Non, une vraie pause pour avoir le temps de se demander ce qu’ils veulent faire après. C’est vu comme normal de commencer par des petits boulots avant de trouver sa voie.

L’Etat providence est encore assez généreux au Danemark, ce qui permet de laisser un peu les choses venir. On n’est pas trop mal loti en France, sous certaines conditions. Je ne vous encourage pas à quitter votre travail du jour au lendemain, mais plutôt à prendre le temps de vous demander ce que vous voulez faire. Et à prendre les décisions qui s’imposent une fois que vous y voyez plus clair !

Prenez soin de vous


Epingle cet article

6 commentaires Ajoutez les votres
  1. Ah! oui … ces 5 bonnes habitudes (en apparence toutes simples ) peuvent changer nos vies. Le temps ça se prend !
    Merci pour cet article, apres le tourbillon de la rentrée on a vite fait de se faire rattrapper par le temps et du coup ne pas profiter …

  2. J’adore le premier point! Ne pas se soucier de la météo peu importe le pays, la météo est toujours LE sujet de prédilection sur lequel les gens aiment se plaindre. Et à juste titre, je le fais aussi. Mais finalement je te rejoins, c’est tellement plus serein et productif de ne pas s’en soucier. La vie ne s’arrête pas une fois qu’on a passé la barre des 10 degrés ou dès qu’une goûte de pluie nous tombe dessus. Le tout est de s’adapter et j’adore ta solution, la raclette
    La marche à pieds il n’y a que ça de vrai! On a souvent une très mauvaise représentation des distances. Je le vois bien à Londres, j’habite à 20 minutes à pieds de mon boulot et plusieurs de mes collègues m’ont demandé pourquoi je ne prenais pas le bus. Alors que déjà ça me reviendrait à 15 minutes donc pour gagner 5 minutes ça ne vaut pas la peine. Ça coûte de l’argent alors que marcher, c’est gratuit. Au pire ça me donnera une raison d’acheter une nouvelle paire de chaussures. Et surtout je ne risque pas d’être en retard, car je ne serai pas coincée dans un bouchon. Rien de tel qu’un bol d’air frais le matin avant d’aller bosser pour bien se réveiller ou le soir, en rentrant pour se vider l’esprit. Le vélo à Londres par contre je suis un peu réticente, comme toi à Paris, je ne suis pas tout à fait rassurée haha
    J’adore ce concept d’après l’heure, c’est plus l’heure. J’avais déjà remarqué ça au Canada sauf en agence. J’ai tellement l’impression qu’à partir du moment où tu travailles en agence, c’est comme si tu signais un pacte avec le diable et tu lui donnais ta vie privée volontairement. Je bosse généralement de 9h30 à 17h30. Il m’arrive de rester au boulot jusque 18h mais c’est ma limite. Après ça je m’oblige à quitter le bureau. Après tout je ne suis plus productive alors à quoi bon s’acharner. Justement un bon bol d’air avec ma petite promenade pour rentrer à la maison, m’aide souvent à développer des idées et je reviens le lendemain au boulot tellement plus d’attaque. Pour tout ce qui est équilibre vie perso/pro et même conditions de travail de manière générale, je pense que les Scandinaves sont vraiment un exemple à prendre. Ensuite passer du temps dans la nature, je ne peux qu’approuver à nouveau. Ça fait tellement du bien de se reconnecter avec la nature, de s’éloigner un peu de la technologie et se rendre compte qu’un monde vit/évolue/grandit sans tout ça juste à côté de nous. Les cours en pleine forêt, je trouve cette idée géniale. Certains adultes n’apprécient même pas la nature et je trouve ça dommage. Ils n’ont jamais été introduit aux merveilles de la nature et clairement si un jour leur voiture venait à tomber en panne en plein milieu de nul part, sans réseau, je ne donne pas cher de leur peau
    Et je pense que le dernier point est le plus important. On a tendance à s’oublier un petit peu. Faire passer le travail et les autres avant nous. Alors que finalement le plus important, c’est de prendre soin de soi, de se laisser le temps de réfléchir, d’évoluer à notre aise, de se découvrir, de vivre des aventures. Alalala ces danois, ils sont plein de sagesse. On ferait mieux de les écouter de temps en temps 🙂

    1. Je t’admire de tenir le 9h30-17h30 ! Pour ma part, je suis en agence donc comme tu dis, j’ai signé un pacte avec le diable. J’essaie généralement de ne pas partir après 19h mais c’est pas toujours facile ! Par contre cet été j’ai bien profité de ne pas avoir trop de travail pour partir tôt !
      J’ai beau avoir été scout pendant trois ans, je suis pas sûre que si tu me laisses longtemps seule dans la nature, je fasse long feu ahah! Mais j’adore aller me promener, soit dans les parcs quand j’ai pas le choix, soit aller me perdre dans la campagne !
      Pour conclure : on devrait plus souvent écouter les Danois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *