Musilac 2014 – Beau temps pour les grenouilles : Jour 2

Samedi

On se réveille le matin avec une mauvaise appréhension. En effet, il a plu toute la nuit et Décathlon a été dévalisé le jour précédent en bottes et K-way. Aussi, le site de Musilac ne ressemble plus à grand chose, l’herbe ayant été remplacée par de la boue. Dans ce cas là, un coté sale gosse te pousse à marcher joyeusement dans les flaques. Quitte à être dégueulasse…

C’est donc après avoir passé une bonne partie de l’aprem dans un champ à garer des voitures tout en faisant des pirouettes dans la boue ou en organisant des lancers de flyers quand on s’ennuie trop qu’il m’ait donné de voir FFF. Quand j’ai appris que ce groupe faisait partie de la programmation ça m’avait fait beaucoup rire car j’appelle toujours Franz Ferdinand FFF pour Franz Fucking Ferdinand. Sauf que cette fois ce sont les vrais FFF. Je connaissais pas mais ça a été une très bonne découverte, avec beaucoup de plaisir dans le public.  « La jeunesse emmerde le Front National » a-t-on chanté tous ensembles. Si seulement c’était vrai…

Suivent les trois soeurs d’Haim. Du rock énergique et efficace, comme on aime en festival. La bassiste gagne, et de loin, la palme des plus belles grimaces effectuées en jouant. La regarder était tellement drôle! Et mon binôme les adore donc c’était encore plus agréable de partager un concert avec un vrai fan. Et puis aussi de voir des filles qui font du rock. J’avais été un peu frustrée l’année dernière de ne pas avoir pu voir Deap Vally à Rock en Seine.

Les grands Skip The Use sont les suivants sur la scène lac. J’ai une admiration très grande pour Mat Bastard qui sait mettre le feu à une scène. Sa bonne humeur est communicative et très vite le public se met à sauter sur le rythme des chansons qui s’enchainent. Il se fait un petit plaisir en invitant avec lui le chanteur des FFF. Et il met en avant un argument que j’ai toujours ressorti pendant mes derniers entretiens, de pourquoi j’aime tant les festivals et les concerts. Dans ces moments là, tout le monde est ensemble et on s’en fiche de savoir quel est ton sexe, ton orientation sexuelle, si tu es riche ou non et on vit très bien tous ensembles! Si seulement ça pouvait être le cas dans la vie de tous les jours…

Placebo a pendant été mon groupe préféré. Enfin dans mon top 3. Ce groupe représente une grande partie de mon adolescence alors j’étais impatiente de les revoir car mon dernier concert d’eux, à l’arcadium d’Annecy, reste un des meilleurs concerts auquel j’ai assisté dans ma vie. Mais là ils m’ont déçue. Visuellement, scéniquement parlant, c’était parfait. Pas de fausses notes, un décor soigné, mais malheureusement ça ne suffit pas. Il manquait la communion et la communication qui font d’un concert une réussite. Je suis assez triste d’admettre que je me suis beaucoup plus amusée pendant le set de Skip The Use. Come on Brian! Je sais que tu peux mieux faire.

On finit la soirée avec les deux DJ Bakermat et The Hacker. C’était sympa mais sans plus. On avait l’impression que The Hacker s’ennuyait franchement d’être là. Du coup j’ai pu entendre la remix du discours de Luther King et quelques chansons du grenoblois The Hacker, mais après je me suis lassée et je suis rentrée au camping.

Le samedi était ma soirée de libre, mais malheureusement elle n’a pas été ma soirée préférée, même si dans l’ensemble ce n’était pas mal. Peut-être était-ce parce que c’était le seul jour non complet, mais l’ambiance était moins folle.

Les photos ne sont pas de moi. Vous pouvez en retrouver plus sur la page facebook du festival Musilac.

A lire aussi : Musilac 2014 – Jour 1 et Musilac 2014 – Jour 3

3 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *