Musilac 2014 – Beau temps pour les grenouilles : Jour 3

Dimanche

Quand on se réveille le dimanche matin le temps nous parait presque clément. J’en profite pour prendre la douche la plus froide de toute ma vie (je vous rassure, ça n’a pas été ma seule douche du festival!) et j’arrive en retard pour la réunion des bénévoles. Je ne suis pas la seule ni la pire, du coup on reprend une autre photo de l’équipe. S’il fait relativement beau pour le moment, le sol ressemble toujours à rien et on décide mon binôme et moi de manger devant les scènes en regardant les balances de Stromae et de Dropkick Murphys. Hélas, pas de cornemuses pour nous distraire.

Nous passons notre début d’aprem à guider les festivaliers et à discuter avec un vigile (qui nous a dit qu’une voyante avait prédit la victoire de l’Allemagne…) et après avoir retrouvé plusieurs de mes amis, je me dirige vers les grandes scènes pour  Seasick Steve. Ce vieil homme doit être ma révélation du festival. Alors qu’il passait à 18h35, devant un public qui ne lui était pas encore conquis, il a réussi à nous rendre tous fans par sa bonne humeur, son humour et ses petits commentaires. Il construit lui-même la plupart de ses guitares avec les plus étranges des matériaux et même lui ça le fait rire. Pendant quasiment toute une chanson il fait monter une jeune fille sur scène et se met à chanter que pour elle. Elle paraissait un brin mal à l’aise surtout qu’elle n’avait pas l’air de comprendre ce qu’il disait et lui, ça le faisait beaucoup rire. Nous aussi.

Ce qu’on craignait a fini par arriver pendant le set de Tom Odell : la pluie se met à tomber. Je ne vais pas me plaindre parce qu’on a été finalement assez chanceux qu’il ne pleuve que le matin ou tard dans la nuit mais tout de même. Le Britannique m’a plutôt surprise. Je le prenais assez pour un chanteur à midinette mais au final il était presque touchant sur son piano à affronter la pluie. Malheureusement pour moi j’ai dû reprendre mon travail de bénévole pendant Another Love et m’occuper avec l’aide de la sécurité d’un mec complètement bourré, ou défoncé, je savais pas trop sur le coup. Ca a été un peu la guerre pour ensuite retrouver mon binôme dans la foule, surtout sans crédit pour appeler. Pendant nos différents allers et retours, je croise deux mecs en caleçon qui se bataille dans la boue, normal. Je savais qu’au Glastonbury les glissades dans la boue sont une tradition, mais les combats de boue, c’est une nouveauté pour moi.

Après s’être enfin retrouvé, on décide à plusieurs de profiter du set d’Etienne Daho pour bien se placer pour Stromae. Mais le dimanche était complet et la foule compacte. Très vite on ne peut plus avancer et alors que je ne crains pas du tout la foule, je commence à moitié à suffoquer. Les gens se bousculent et je me sens écrasée. Je n’ai pas l’énergie pour ce genre de concert ce soir-là alors on sort pour se mettre plus à l’écart. Du quoi je dois admettre que j’ai à peine suivi ce qui se passait sur scène et j’ai l’impression que beaucoup ont été dans mon cas.

Du coup, quand Stromae arrive à son tour sur scène, le public est déjà chaud. Il en faut peu pour qu’on reprenne en choeur les tubes. Je vois enfin le rendu avec Stromae des vidéos que j’avais vu pendant les balances. Le garçon danse de façon fort admirable du coup nous aussi on remue notre derrière. Je me retrouve d’ailleurs à danser dans une flaque d’eau avec une parfaite inconnue. C’était marrant. Il se fait rire lui-même en nous appelant « Musique Lac« , faute qu’on a tous fait un jour je pense. C’est même lui qui nous tient au courant de la finale car il pense qu’il faut qu’on se soutienne, lui en tant que Belge et nous en tant que Français. Mais il me faut partir avant la fin pour faire les sorties et tous les bénévoles qui nous rejoignent ont un grand sourire et des étoiles pleins les yeux. Comme quoi, il en faut peu pour être heureux.

Conclusion: Mon concert préféré a surement été celui de Seasick Steve pour sa simplicité et son efficacité. C’est marrant de dire ça alors que je suis venue le voir un peu par hasard. Mais je pense qu’on peut ajouter -M- et Skip The Use à la liste. Ma déception a été comme vous pouvez vous en douter Placebo. Ma découverte a été les excellents Frànçois & The Atlas Mountains. Mon regret : Avoir du payer un de mes repas par manque d’organisation des responsables ?

Le mot de la fin : Qu’importe la pluie, tant qu’il y a de la bonne musique et des gens qui l’apprécient.

A lire aussi : Musilac 2014 – Jour 1 et Musilac 2014 – Jour 2
Les photos ne sont pas de moi. Vous pouvez en retrouver plus sur la page facebook du festival Musilac.
Un commentaire Ajoutez les votres
  1. Seasick Steve a été aussi pour moi une super découverte, en fait tu ne pouvais que l’aimer ce bluesman papy à salopette! Trop drôle et trop adorable. Les Dropkick Murphys nous ont bien mis dans l’ambiance irlandaise :). Tom Odell, oui il était très touchant au piano, et Stromae c’était un bazar génialissime! Mon concert préféré pour moi c’était sans hésitation Kaiser Chiefs, ma meilleure découverte je mettrai Fauve – Seasick Steve – Tom Odell ex equo, impossible de choisir. Et ma déception est également Placebo pour la musique, et le public de manière générale. Ton mot de la fin est juste parfait, la gadoue m’a bien fait rire finalement quand t’es bien équipé c’est que neni! Et rdv au prochain festival!

    1. C’est clair qu’on ne pouvait qu’aimer le petit Steve! Il était tellement adorable ! Tous ceux avec qui j’en ai parlé ont adoré. Il s’est fait une sacrée pub pour le coup!
      C’est vrai que Kaiser Chiefs était vraiment hyper sympa mais il fallait bien faire des choix…
      C’est quoi ton prochain festival/concert ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *