Mes livres préférés de 2020

Début 2020, je m’étais fixé l’objectif de lire 12 livres dans l’année. Un par mois, cela me paraissait largement faisable, mais je ne voulais pas me fixer d’objectifs compliqués. Ce que je souhaitais faire en réalité, c’était d’avoir un suivi de mes lectures, pour garder une trace. Deux confinements sont passés par là et j’ai dépassé les 30 livres lus il y a quelques jours. Quand j’ai partagé ma liste complète sur Instagram, vous avez été quelques uns à me demander quels avaient été mes préférés. Et comme je ne pourrai clairement pas vous présenter tous mes livres lus avant la fin de l’année, je me suis dit que c’était l’occasion de vous faire un petit best-off. Pour ceux qui me lisent régulièrement, vous allez peut-être reconnaitre des titres. Pour les autres, voici un petit top de mes livres préférés de 2020 :

Epingle-moi sur Pinterest

De pierre et d’os de Bérengère Cournut

Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

Je vous en parlais dans mes livres pour voyager, j’ai adoré cette lecture très poétique. Plonger dans l’univers des Inuits, peuple qu’on a l’impression de connaitre, mais dont finalement les us et coutumes nous sommes étrangères s’est révélé fascinant.

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean Paul Dubois

Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal. Il y partage une cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre.
Retour en arrière: Hansen est superintendant a L’Excelsior, une résidence où il déploie ses talents de concierge, de gardien, de factotum, et – plus encore – de réparateur des âmes et consolateur des affligés. Lorsqu’il n’est pas occupé à venir en aide aux habitants de L’Excelsior ou à entretenir les bâtiments, il rejoint Winona, sa compagne. Aux commandes de son aéroplane, elle l’emmène en plein ciel, au-dessus des nuages. Mais bientôt tout change. Un nouveau gérant arrive à L’Excelsior, des conflits éclatent. Et l’inévitable se produit.

Mon premier prix Goncourt a été une très belle découverte du confinement. L’alternance entre le présent et les différentes époque du passé, entre la bêtise humaine et la fraternité en font un roman empathique, rempli de douceur et d’humour.

Le joueur d’échec de Stefan Zweig

Qui est cet inconnu capable d’en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu’antipathique ? Peut-on croire, comme il l’affirme, qu’il n’a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer.

Stefan Zweig est un auteur que j’apprécie énormement. En quelques lignes, il sait nous plonger dans un univers et dans une intrigue dont on n’arrive à émerger qu’à la fin de l’histoire. Le sujet ici n’a rien de joyeux, puisqu’on y parle des expérimentations nazies sur les effets de l’isolement absolu. Mais ce livre nous montre l’ingéniosité du cerveau humain quand il s’agit de trouver une lumière d’espoir.

Le problème Spinoza de Irvin D. Yalom

Amsterdam, février 1941. Le Reichleiter Rosenberg, chargé de la confiscation des biens culturels des juifs dans les territoires occupés, fait main basse sur la bibliothèque de Baruch Spinoza. Qui était-il donc ce philosophe, excommunié en 1656 par la communauté juive d’Amsterdam et banni de sa propre famille, pour, trois siècles après sa mort, exercer une telle fascination sur l’idéologue du parti nazi ? 

En apprendre plus sur la philosophie de Spinoza tout en faisant des parallèles avec le régime nazi, il fallait le faire. J’ai aimé la vulgarisation de l’oeuvre du philosophe ainsi que le questionnement présent tout au long du roman. On ne va pas se mentir, lire Spinoza n’est pas à la portée de tout le monde. Surtout quand on n’a personne pour vous expliquer sa pensée. Mais ce livre m’a permis de découvrir tout un nouvel univers qui ne m’était pas familier. Sans aucun doute, un de mes livres préférés de 2020 que je recommande !

La saga des Cazalet (tome 1 et 2) de Elizabeth Jane Howard

Juillet 1937. À Home Place, au coeur du Sussex, jardiniers, femmes de chambre et cuisinière sont sur le pont. La Duche orchestre le ballet des domestiques avant l’arrivée de ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. Où dormira Clary, adolescente mal dans sa peau en plein conflit avec sa belle-mère ? Quelle robe portera Villy, ancienne ballerine désormais mère au foyer ? Polly, terrorisée à l’idée qu’une guerre éclate, s’entendra-t-elle avec sa cousine Louise qui rêve de devenir actrice ? Rachel, la seule fille de la Duche, trouvera-t-elle un moment pour ouvrir la précieuse lettre de son amie Sid ? Non-dits, chamailleries, profonds chagrins… Aux préoccupations des adultes font écho les inquiétudes des enfants, et à la résilience des femmes, qu’elles soient épouses, fillettes ou domestiques, répond la toute-puissance – ou l’impuissance – des hommes. L’été regorge d’incertitudes mais, sans l’ombre d’un doute, une nouvelle guerre approche : entre pique-niques sur la plage et soirées auprès du gramophone, il faudra inventorier lits de camp et masques à gaz.

J’ai un truc en ce moment avec les « tranches de vie ». C’est ce qui me fait tant aimer l’écrivaine islandaise Audur Ava Olafsdottir et c’est ce qui m’a fait choisir ce livre en aout. Et puis j’adore aussi l’univers de Downton Abbey. Pourtant la lecture est un peu différente de ce je m’attendais, mais ça n’était pas pour me déplaire. J’adore découvrir la vie de cette famille aisée britannique, avec ses aspirations et ses déceptions. J’attends avec impatience le tome 3 !

L’Arabe du futur de Riad Sattouf

Ce livre raconte l’histoire vraie d’un enfant blond et de sa famille dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad..

Né en 1978 d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf grandit d’abord à Tripoli, en Libye, où son père vient d’être nommé professeur. Issu d’un milieu pauvre, féru de politique et obsédé par le panarabisme, Abdel-Razak Sattouf élève son fils dans le culte des grands dictateurs arabes, symboles de modernité et de puissance virile.
En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, Ter Maaleh, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins – il est blond, cela n’aide pas ! – le jeune Riad découvre les traditions, parfois brutales, de la vie à la campagne. Son père, lui, n’a qu’une idée en tête : son fils doit aller à l’école syrienne et devenir un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un roman mais d’une série de BD. J’ai dévoré les 4 premiers épisodes avec beaucoup d’intérêt. Il faut dire que la vie de Riad Sattouf, entre la Libye et la France est tout à fait fascinante. Et surtout l’évolution de sa famille dans un contexte pas toujours rose.

Mes livres préférés en 2020

Avec un peu de recul sur mes livres préférés de 2020, je me rends compte que je n’ai pas choisi des thématiques très joyeuses. Je ne sais pas si j’ai été influencée par l’ambiance plutôt morose que l’on a eu tout au long de l’année, pourtant, ces livres m’ont plutôt été un réconfort. C’est en lisant que j’arrive le plus facilement à m’évader, à oublier le quotidien et à apprendre de nouvelles choses. j’espère que l’année 2021 sera aussi prolifique en lecture ! Et vous, quels ont été vos lectures favorites ?

4 commentaires Ajoutez les votres
  1. À mon tour d’ajouter quelques livres dans ma liste! Tout particulièrement La saga des Cazalet, comme tu dis ça me donne l’impression d’être plongée dans Downton Abbey, et ta description m’intrigue encore plus 🙂

    1. Tu vas voir, c’est trop bien ! En fait c’est la traduction d’une saga qui hésite depuis des années au UK et apparemment y’a même une série de la BBC qui date du début des années 2000

  2. Ouah, 30 livres, ça me paraît incroyable ! J’adorais lire quand j’étais plus jeune, mais maintenant j’ai du mal à prendre le temps. Alors j’essaie de m’y remettre en ce moment ahah. Pourquoi pas me fixer l’objectif d’un livre par mois en 2021, en piochant des idées dans ta liste !

    Des bisous

    1. J’étais un vrai rat de bibliothèque quand j’étais jeune, mais quand j’étais étudiante j’avais presque arrêté de lire car je ne me posais rarement assez longtemps pour avoir envie d’investir dans des livres. Ce n’est que récemment que j’ai repris cette bonne habitude : d’abord en lisant dans les transports en commun. Puis avec le confinement et le couvre-feu, les activités se sont beaucoup réduites donc j’ai du temps ! Et j’ai eu accès pendant trois mois à l’immense bibliothèque de ma belle-mère, ça a bien aidé !

Laisser un commentaire