Hoi An, la ville aux milles lanternes – Voyage au Vietnam

Pour le dernier arrêt de notre séjour de deux semaines au Vietnam, nous avons choisi la jolie ville de Hoi An. L’idée était de mélanger repos et visite car si je ne suis pas très vacances farniente, il fallait aussi reprendre un peu de forces avant le retour au boulot. Nous sommes restées 4 jours et nous avons décidé de ne pas loger directement dans Hoi An, mais du côté de Tan Thanh Beach. En vélo, nous mettions un peu plus d’un quart d’heure pour rejoindre le centre-ville historique. Largement faisable et agréable de prendre son petit déjeuner face à la mer !

Epingle-moi sur Pinterest

Que faire à Hoi An ?

Hoi An est une ville qui m’a complètement enchantée. C’est une véritable pépite et on a l’impression de remonter le temps. Contrairement à la plupart des villes que j’ai visitées, elle n’a pas été touchée par les guerres. Ce sont les mêmes constructions depuis des siècles ! Pendant très longtemps, c’était un carrefour du commerce maritime, ce qui a permis à la ville de s’enrichir et de se développer. Malheureusement, son port s’est ensablé, ce qui a décalé les intérêts maritimes sur la ville voisine, Da Nang. De fait, on y vient surtout pour faire du tourisme maintenant et profiter des plages de sables blancs. La ville coloniale, toute de jaune vêtue, m’a donnée un peu l’impression d’être à Cuba, je ne saurais dire pourquoi. Surtout que je ne suis jamais allée à Cuba !

Pont de Hoi An

Balade le long des rues de la vieille ville de Hoi An, patrimoine mondial de l’UNESCO

Vous devez me connaitre depuis le temps, j’ai bien évidemment commencé mon séjour par une visite des rues du vieux quartier de Hoi An. Bon à savoir, si vous ne souhaitez que vous promener dans la vieille ville, vous n’avez pas à payer de billet d’entrée. Cependant, pour la plupart des monuments, il faut avoir le city pass. D’environ 120.000vnd, il vous permet d’accéder à 5 sites au choix parmi les 22 possibles. Attention, les visites se terminent assez tôt !

Pour notre part, nous avons choisi de visiter :

  • Le pont-pagode japonais (un grand classique), quasiment à l’entrée de la vieille ville

Pont Pagode de Hoi An

  • La pagode de Phuc Kien – 46 rue Tran Phu

Pagode Phuc Kien

  • L’ancienne maison Tân Kỷ – 101 rue Nguyễn Thái Học.
  • La maison commune de la congrégation chinoise de Fujian – 46 rue Trần Phú

  • Le musée de Hoi An – 7 rue Nguyen Hue

Visiter Hoi An la nuit et admirer la ville aux milles lanternes

Si Hoi An m’a tant plue, c’est pour sa version nocturne. Hoi An est connue pour ses lanternes et le rendu est juste incroyable. Les premières lanternes sont apparues au XVIème siècle avec des commerçants chinois qui empruntaient la route de la soie. Les premières versions vietnamienne ressemblent donc beaucoup aux lanternes rouges chinoises. Au fil des ans, les lanternes ont été apprivoisées par les Vietnamiens d’Hoi An qui se sont rendus compte que le bambou, matériau solide mais également flexible, leur permettait de créer des formes intéressantes. On peut en trouver de toutes les couleurs. Comme pour les façades des maisons, chaque couleur de lampion a sa signification :

La signification des couleurs des lampions:

  • Jaune – prospérité, richesse, bonheur, changement, royauté
  • Rouge – chance, bonheur, célébration, amour
  • Violet – tendresse, nostalgie, fragilité, tristesse
  • Bleu – espoir, calme, croissance
  • Vert – luxure, jalousie
  • Noir – mal (et du coup j’imagine qu’il n’y a pas beaucoup de lanterne de cette couleur…)
  • Blanc – la pureté, la fin, la mort

Se promener la nuit dans Hoi An, c’est s’extasier à chaque coin de rue devant l’étalage de couleurs. J’avais envie de tout photographier et je m’exclamais à chaque nouvelle lanterne.

Nous avons également profité de la nuit tombante pour faire un tour de barque sur la rivière Thu Bon. C’est une attraction assez touristique, on ne va pas se mentir, mais j’étais heureuse comme une enfant à déposer mon lampion en papier en admirant le coucher de soleil.

Faire fonctionner l’industrie du vêtement locale

C’est quelque chose qui m’a beaucoup marqué, à la fois entre le rire et le malaise, mais les Vietnamiens étaient très fiers de proposer des marques de fast fashion bien connues en mettant en avant le fait que c’était de la fabrication locale. C’est vrai, beaucoup de vêtements sont made in Vietnam ce qui en fait un pays très doué pour la fabrication.

Pour ma part, je savais que je voulais ramener une tenue traditionnelle vietnamienne pour une soirée prévue quelques semaines après mon retour en France. J’ai d’abord commencé par regarder les magasins à touristes, en me disant que je n’allais pas dépenser trop cher pour un « déguisement » mais j’ai vite changé d’avis. Tout d’abord, toutes les tenues proposées étaient en synthétique et je me suis rapidement rendue compte que finalement, faire sa tenue sur mesure n’était pas tellement plus cher. J’ai pu choisir mes deux tissus (en soie), on a pris mes mesures, et le lendemain j’avais mon habit.

Pour la petite anecdote, je ne porte généralement pas de soutien-gorge quand il fait trop chaud, comme c’était le cas à Hoi An. En me mesurant, la couturière s’en est rapidement rendu compte et voulait savoir si je pensais un porter un avec cette tenue ou pas. Et oui, le soutif, ça rajoute des centimètres !

Le marché central de Hoi An

Une fois n’est pas coutume, j’ai de nouveau été fait un tour au marché central de Hoi An. Marché où l’on peut acheter des provisions, des souvenirs, mais aussi manger sur place. Ca fait un peu food court, mais version Vietnamienne !

Se reposer sur les plus belles plages du Vietnam

Je l’ai mentionné un peu plus tôt dans cet article, nous n’avons pas logé directement à Hoi An, mais du côté de Tan Thanh beach. Il faut savoir que le Vietnam possède des plages de sables blancs absolument paradisiaques. Deux en particuliers sont à voir : An Bang Beach et Tan Thanh Beach.

Ce que j’aime avec ces plages, c’est que l’on peut encore voir des bateaux de pêche traditionnels, en forme de noix de coco géantes. Ce que j’aime moins, c’est que je suis bien loin d’être la seule à m’être rendue compte de la beauté du lieu : beaucoup de gros complexes hôteliers sont en construction. Pour moi, ils sont en train de faire la même chose qu’en Espagne et c’est dommage… Bien sur, le tourisme est une source économique non négligeable, mais le prix à payer est important.

Faire une ballade à vélo dans les rizières

Peut-on parler du Vietnam sans parler des rizières ? Non bien évidemment. A peine à la sortie d’Hoi An, vous pourrez profiter de grands champs. Et pour ne rien gâcher, il y a souvent des petites routes aménagées entre les parcelles que vous pourrez emprunter à vélo. Une bonne idée de promenade à faire pour découvrir une autre facette de la région.

Tour en vélo dans les rizières de Hoi An

Que faire autour d’Hoi An ?

Hoi An a de nombreuses choses à proposer, mais il y a également des visites à ne pas manquer tout autour !

Le sanctuaire Cham de My Son

En premier lieu, à ne pas rater, le sanctuaire Cham de My Son. On l’appelle le petit Angkor car l’architecture ressemble beaucoup au sanctuaire cambodgien. Et pour cause, le même peuple l’a construit ! La fondation du site remonte au 4ème siècle, mais d’abord construit en bois, il fut détruit par un incendie. C’est au 7ème siècle que le sanctuaire prend sa forme actuelle, en brique et en pierres.

Oublié avec le temps et le déclin de l’hindouisme au Vietnam, le sanctuaire a été redécouvert en 1889 par Camille Paris. Comme à Hué, le site, maintenant classé au patrimoine mondial de l’Unesco, a été gravement endommagé par la guerre du Vietnam. Apparemment, les Vietnamiens avaient pour habitude de se cacher dans les temples. Encore aujourd’hui, on peut voir les trous causés par les obus et je dois dire que c’est impressionnant !

Tous les hôtels proposent une sortie à My Son, trajet compris. Comme il est situé dans les montagnes, à 1h de route de la ville, on n’a pas hésité longtemps à prendre un tour organisé. Je pensais, comme c’est situé en pleine jungle que le chemin serait un peu chaotique, mais en fait, tout le site est aménagé afin que même des fauteuils roulant puissent venir. C’est pratique, mais ça enlève pas mal de charme à l’endroit.

Temple de My Son

Les Montagnes de Marbre

Sur la route pour aller à Hoi An, nous sommes passés par Da Nang, et nous en avons profité pour faire une escale visiter les Montagnes de marbre. Les 5 montagnes qui forment Ngu Hanh ont chacune le nom d’un des 5 élémnts. La Montagne Thuy (montagne de l’eau) est celle qui est la plus visitée car elle possède de nombreuses grottes, cavernes et pagodes. L’une de ces grottes est surnommée la grotte de l’enfer et vous plonge dans les profondeurs, tandis que vous pouvez également monter au paradis admirer la ville sur Da Nang et la mer de Chine.

LE COL DES NUAGES

Extrait du journal de bord : « Puis nous commençons l’ascension qui nous mène à notre deuxième et troisième spot. A vol d’oiseau, Hoi An est assez proche d’Hué, mais pour nous, simples humains, il faut d’abord grimper jusqu’au col des nuages puis redescendre dans la baie de Da Nang avant d’arriver à destination. Les deux stops sont censés nous montrer la vue paradisiaque sur la mer turquoise de Chine. Mais… il fait gris alors la mer l’est aussi et le col des nuages est comme son nom l’indique… perdu dans les nuages. On aperçoit quand même les plages de sable blanc qui nous attendent. »

Toujours sur la route entre Hué et Hoi An, vous passerez probablement par le col des nuages. Long de 19km, c’est l’un des cols les plus spectaculaires du Vietnam et c’est aussi la frontière qui marque le passage entre le Nord et le Sud. Normalement, la vue doit être incroyable, mais nous n’avons pas vu grand chose car il ne faisait pas bien beau. Vous pouvez voir d’anciennes fortifications militaires françaises.

Col des nuages entre Da Nang et Hué

LANG CO

Extrait du journal de bord : « Aujourd’hui, nous quittons Hué pour Hoi An. Mais plutôt que de faire le trajet d’une traite, on a loué une nouvelle fois chauffeur et voiture afin de pouvoir faire des stops comme on veut. La nuit a été courte à cause d’une voisine bruyante et d’une femme de ménage qui s’est mise au boulot dès 6h30. Du coup, fidèle à moi-même, je m’endors après quelques tours de roues.

J’ouvre les yeux sur une lagune et des jolies maisons pour les touristes (je pense) sur pilotis. Le sable a une couleur orange, ce qui me fait dire à Jb que c’est peut-être des restes des agents chimiques des américains (j’espère pas !) Je ne sais pas exactement pourquoi le chauffeur nous a arrêté là mais puisqu’il me dit de prendre des photos, je m’exécute. Pas chiante la fille.« 

L’intérêt principal de Lang Co est d’être une longue bande de plage de sable. Si vous avez prévu de vous baigner, c’est très sympa et apparemment c’est un lieu de vacances des Vietnamiens. Si comme nous, vous n’êtes que de passage, je pense que ça sera plus intéressant sous un grand soleil !

Lang co beach

Plages vietnamiennes Lang Co

Où dormir à Hoi An ?

Extrait du journal de bord : « Puis on retrouve le confort de la voiture climatisée jusqu’à notre prochain refuge. Pour notre dernier hébergement, nous avons choisi de nous éloigner de la ville pour nous mettre à côté de la mer. C’est un hébergement familial qui propose plein de petites maisonnettes. La notre donne sur le joli jardin aménagé et depuis notre balcon, on peut voir la mer. 

Trop fatigués, on repousse notre visite d’Hoi An et on part se baigner : l’eau est délicieuse, chaude mais pas trop, on pourrait y rester des heures. « 

Nous avons logé tout le long de notre séjour au Tan Thanh Garden Homestay que je recommande chaudement. Loin des grands complexes hôteliers, notre logement tenu par Miss Ha, donne direct sur la plage. Chaque matin, j’ai dégusté mon petit déjeuné (des crêpes avec plein de fruits et de miel) en admirant la vue et en me disant que j’avais beaucoup de chance d’être là ! L’adresse peut paraitre un peu loin du centre-ville, mais la propriétaire prête gratuitement des vélos pour aller se promener.

Où manger à Hoi An ?

Nous n’avons pas été très aventureux à Hoi An. Tout d’abord parce que du côté des plages, beaucoup de restaurants étaient fermés au début de notre séjour pour raison de team building. Nous avions aussi envie de restaurant près de chez nous pour ne pas avoir à penser à comment on allait rentrer. Nous avons donc principalement fait les bars de plages.

four-roses-hoi-an

Soul Kitchen

Juste à côté de notre hôtel, nous avons passé plusieurs repas là-bas car nous avons beaucoup aimé l’ambiance. C’est très clairement un repère à expat, mais après deux semaines, on était aussi content de retrouver des choses qui nous paraissaient familières. On a même pu assister à un grand feu sur la plage à la fin du séjour.

Adresse : An Bang, Hoi An

The Fisherman

Comme son nom ne l’indique pas du tout, The Fisherman est un restaurant vegan. On y vient pour ses cocktails délicieux et pour ses plats sains. Parfait pour changer un peu du porc ou des crevettes !

Adresse : An Bang, Hoi An

Brother’s café

Dans l’ancienne partie coloniale de Hoi An, vous pourrez trouver une très belle demeure coloniale française qui abrite l’un des restaurants le plus réputé : Le Brother’s café. On y trouve des spécialités régionales et surtout, demandez à être placé dans le jardin pour profiter d’une ambiance romantique. C’était notre dernier repas digne de ce nom au Vietnam et je dois dire que je ne le regrette pas !

Adresse : 27-29 Phan Boi Chau – Hoi An

Mes autres Articles sur le Vietnam :

7 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire