Prendre soin de soi et de sa santé mentale

Le dimanche est le jour parfait pour prendre soin de soi. Enfin, c’est le cas si comme moi vous ne travaillez pas le week-end. Généralement, je cours encore pas mal partout le samedi. J’essaie de finir ma to-do de la semaine pour être plus relax le dimanche. Souvent, cela implique de finir (voire commencer) l’article de la semaine, de penser aux repas du week-end et faire les courses en conséquence, de trier mes photos et les retoucher si besoin, de penser à ce qu’il me reste à faire. Parfois je prends le temps de faire les petits achats que je ne fais jamais la semaine. Et comme souvent, le samedi commence par une grasse mat, je me retrouve très souvent le soir sans avoir vu la journée passer.

J’essaie que le dimanche soit différent. Dans les semaines déjà bien remplies, je sais que j’ai besoin de temps pour moi pour me sentir bien. Ces derniers temps, je fais face à de grosses baisses de moral. Appelez ça comme vous voulez : winter blues, fatigue saisonnière, ambiance covid. Le manque de soleil, probablement, je suis souvent fatiguée et je manque d’énergie et d’envie pour plein de choses. Tant que ce n’est qu’un état passager, je sais que c’est normal. Personne ne peut être heureux tout le temps, qu’importe tous les livres de développement personnel. Mais il est important d’être sensible à ces changements et de vous connaître assez bien pour savoir quoi faire. Personnellement, prendre soin de moi passe par quelques petites habitudes qui me font du bien.

Écrire – des histoires ou faire du journaling

Pendant le confinement, mon bullet journal ne m’a pas servi à m’organiser mais à faire du journaling. Chaque matin, je prenais 5-10 min pour coucher sur le papier comment j’allais ou ce qui m’avait marqué la veille. Écrire a toujours été pour moi un moyen de prendre du recul et de mettre des mots sur ce que je ressens. Cela permet un peu un suivi de sa vie et aussi de voir si les problèmes qui paraissaient si durs deux semaines auparavant sont maintenant complètement oubliés. Pour prendre soin de soi, il faut d’abord trouver où est le problème.

Mais des fois, j’ai trop de pudeur et j’ai besoin de passer par la fiction pour vraiment écrire comme je le veux. Cela permet un filtre puisque ce n’est pas tout à fait moi, je peux sortir tous les questionnements que je peux avoir en moi tout en essayant d’y trouver des réponses comme je le ferai pour faire avancer une histoire. J’aime bien mettre mes héros face à mes propres dilemmes pour voir comment je les fais réagir et étudier mes possibilités. Et comme cela reste de la fiction, c’est rassurant de se dire que c’est toujours moi qui ai le dernier mot. Et puis je vous avoue, dans des moments un peu pesant comme on vit en ce moment, j’apprécie aussi de me perdre dans l’imagination. Je me sens généralement mieux après.

Faire du yoga ou des exercices de respiration

Ce n’est pas la première fois que je le mentionne, je me suis mise au yoga assez sérieusement depuis environ un an et demi maintenant. J’avais commencé un peu avec la Nintendo Wii (eh oui !) et surtout au Danemark et maintenant je fais minimum un cours par semaine. Comme le yoga est beaucoup centré sur la respiration, il permet de retrouver le calme en soi. J’apprécie également le plaisir d’être dans le moment présent. Les pensées arrêtent de vagabonder, je suis à la fois dans l’effort et dans mon corps. J’ai tendance, quand je suis stressée, à tout reporter sur mon ventre et ma digestion. Après une séance de yoga, je me sens toujours très légère, le ventre plat, comme si j’avais pu expulser en une heure et demie toute la pression accumulée. Je dis « comme si » mais à vrai dire je pense que c’est ce qu’il se passe vraiment !

Si j’ai pas le temps de faire du yoga ou si la situation ne s’y prête pas, je passe aux exercices de respiration. Je sais pas si on peut considérer que cela s’apparente à de la méditation, probablement, mais pour me calmer quand j’ai des crises d’angoisse et que mon cerveau va trop loin dans ses réflexions ; ou pour lutter contre des petites insomnies : je respire. Cela peut paraître bête, mais rien que de me concentrer sur ma respiration, essayer de la contrôler pour qu’elle soit de plus en plus profonde, suffit généralement à me faire aller mieux et à me faire prendre du recul.

S’accorder des temps de pause

Comme beaucoup de Parisiens, mon emploi du temps est souvent plein. C’est moins le cas maintenant avec la menace du covid qui nous plane dessus, mais j’ai généralement mes week-ends et mes soirées en semaine pleins assez rapidement. Pour autant, je prévois toujours au minimum un soir de pause, où je resterai tranquillement chez moi. Je me considère comme une introvertie : je suis sociable et j’adore faire plein de choses. Cependant, pour mon équilibre personnel, je sais que j’ai besoin de moments plus ou moins longs pour me ressourcer. J’avais un peu du mal à l’assumer avant mais maintenant, je n’ai plus peur aux gens de le dire « non, j’ai trop de choses déjà prévues cette semaine, je me garde ce moment pour moi. » Et vous savez quoi ? Généralement ils comprennent et on se prévoit un moment plus tard.

S’accorder des temps de pause ne concerne pas que la vie sociable, mais aussi la pression que je me mets moi toute seule : écrire un article toutes les semaines, avancer sur mes projets en parallèle, faire les choses bien au boulot, faire suffisamment de sport pour être en bonne santé, essayer de cuisiner plus souvent etc etc. Je ne suis pas capable de tout assumer tout le temps et il ne faut pas avoir peur de l’admettre. Prendre soin de soi, c’est aussi se recentrer sur ce qui est vraiment important. Est-ce que cela changera vraiment quelque chose si jamais je ne poste pas d’article pendant deux semaines ? Non, bien sûr que non.

Prendre soin de soi en se coupant des news et des réseaux sociaux

Je vous en parlais il y a un an maintenant, j’ai essayé de réduire mon utilisation du portable. Ça a plutôt bien marché jusqu’au confinement et je vous avais d’ailleurs partagé comment j’avais fait. Mais ces derniers temps, je suis retombée dans mes travers. Je reprends ma tendance à scroller, que ce soit pour essayer de les changer les idées ou pour me tenir au courant des dernières news ou annonces du gouvernement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne m’apporte pas que du positif. Souvent, je me sens encore plus vide qu’avant et légèrement démoralisée. Or prendre soin de soi, c’est connaitre aussi les mauvaises habitudes que l’on a et essayer de les changer.

Pendant le confinement, j’avais complètement arrêté de suivre les infos en me disant que de toute façon, je ne pouvais rien faire de plus que ce que je faisais déjà donc il ne servait à rien de me torturer davantage. Je me dis des fois que j’aimerais supprimer les réseaux sociaux de mon portable pour utiliser mon temps de façon plus qualitative. Je pourrai presque puisque pour le boulot, j’utilise principalement les nouvelles fonctionnalités de Facebook qui permettent de presque tout gérer par desktop. Mais d’une certaine façon, c’est aussi admettre mon échec et j’y suis pas encore prête. Est-ce que l’un(e) d’entre vous l’a déjà fait ?

Prendre l’air pour aller mieux

Se promener, prendre l’air, faire un tour en vélo, visiter un coin de sa ville. Tout est bon pour se mettre en mouvement. J’adore rentrer du boulot en velib et faire monter mon cardio. Je ressors de cette petite demie heure suante, mais pleine d’adrénaline. Je me sens mieux qu’avant et cela me permet une vraie coupure avec le boulot : je me suis vidée la tête. Je sais que la sédentarité est mauvaise pour notre santé mais elle l’est aussi pour mon bien-être. J’ai besoin d’être en mouvement régulièrement et je sens la différence quand je fais l’impasse sur mon sport parce que trop de boulot ou mauvais temps. Alors il faudrait plus souvent que je prenne ce temps pour prendre soin de moi car cela contribue à mon équilibre. Surtout, il faut que je fasse attention quand je suis en télétravail car j’ai tendance à rester chez moi sans voir le dehors.

Et vous, que faites-vous pour vous sentir bien ?

10 commentaires Ajoutez les votres
  1. J’aime tes petites astuces car finalement elles sont toutes simples mais très efficaces. Je me suis remise à l’écriture, une fois par semaine pour faire un petit bilan et avoir un avis objectif sur les événements, et ça me fait du bien. Je n’aurai jamais pensé à passer par la fiction mais c’est une idée intéressante, ça doit permettre plus de liberté finalement. Aujourd’hui, je suis allée me poser au parc avec un matcha latte et un livre. Ça m’a fait un bien fou. Ne réfléchir à rien, se vider l’esprit et s’évader dans un bon bouquin. Il n’y a rien de tel 🙂

    1. Oh comme je te comprends ! J’adore aller lire dans les parcs, mais il fait trop mauvais en ce moment. Je pense que je dois être une des rares personnes à passer parfois par la fiction, mais c’est une technique qui, pour moi, permet de ne pas essayer de se mentir !

  2. C’est parfait! ces petites astuces nous auraient bien bénéficiés à l’époque de la prépa mais on avait nos pamper evenings quand même! hihi! De mon côté la méditation régulière est un gros plus. C’est dur de s’y tenir au début mais les résultats sont là. 🙂

    1. Hello ! Ravie de te revoir par ici !
      Oui, il faut apprendre à se garder du temps, mais cela dépend aussi des caractères. Peut-être que tu adores être dans l’action tout le temps et que ça te fait du bien !

  3. Ah oui, toutes ces injonctions au bonheur du développement personnel peuvent parfois être tellement culpabilisantes… Je pense qu’il faut avant tout trouver SON équilibre et s’écouter…
    Personnellement, c’est l’inverse : je me sens hyper bien depuis le mois d’octobre, alors que l’été a tendance à m’angoisser… Là, c’est ma période de l’année préférée : ralentir, se pelotonner sous un plaid avec un bon thé et un super livre, écrire beaucoup, faire des balades sur la plage avec les Loulous, décorer la maison… C’est dans ces moments là que je me sens le plus en accord avec moi-même… 🙂

    1. Hello Cécile ! Je t’avoue que c’est pas tant l’automne qui m’angoisse (je ne supporte pas la chaleur), que l’ambiance générale. Et ça ne s’arrange pas avec le couvre-feu. J’ai tendance à être une éponge et de prendre les humeurs autour de moi. Du coup, il faut que je me rappelle parfois que l’empathie a ses limites et que je dois aussi prendre soin de moi

  4. Mais comme tu as raison!!!
    Prendre du temps pour moi et aussi me mettre en pause, j’ai toujours du mal. je suis une créative et il faut que mes mains soient toujours occupées! du coup j’enchainne projets sur projets voir plusieurs à la fois et je suis parfois dépassée …
    Ma recette c’est, de sortir me balader! J’ai commencé avec le confinement, 1h par jour et j’essaie de m’y tenir. mais c’est pas facile …

Laisser un commentaire