Éloge de la lenteur

Ce n’était pas voulu de poster un article comme le précédent puis de disparaître dans la nature. Mais comme énoncé précédemment, j’ai eu des très grosses journées, encore plus dernièrement. Alors après avoir passé mes derniers oraux, j’ai eu envie de me poser un peu.

J’ai toujours été fascinée par les récits de voyage des autres siècles. J’ai dévoré Sur La route de Jack Kerouac et cette histoire m’a toujours collé à la peau. Dévorer des kilomètres de route, sans but précis, sans horaires, quelle liberté ! Avec un futur proche assez incertain, j’ai décidé d’en profiter et de prendre mon temps.

Quand j’étais petite, on traversait souvent la France pour passer des vacances en Bretagne. Le trajet était plutôt long depuis Grenoble (peut être encore plus pour les parents avec trois enfants à bord^^), mais j’en ai de bons souvenirs. Le trajet était synonyme d’océan et de longues journées à la plage, et on passait le temps à écouter des playlists soigneusement préparées à l’avance et le Donjou de Naheulbeuk.

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas passé du temps sur la route pour aller quelque part. J’ai pris l’avion, le train et j’ai senti les distances de réduire. Deux heures pour aller au Danemark, autant pour aller à Bordeaux ou au Portugal. Bien sûr, cela a un intérêt non négligeable, mais j’ai un peu la nostalgie d’une époque que je n’ai jamais connue, quand il fallait des jours en bateau pour se rendre dans un autre pays.

D’ailleurs je vous écris depuis une voiture. Loin de m’ennuyer et de devoir jouer à des jeux idiots sur mon portable, j’ai laissé mon esprit vagabonder et me raconter des histoires, comme lorsque j’étais petite. Et ça fait du bien! On peut enfin un peu de reconnecter sur ses pensées et reprendre un peu en créativité.

Trois petites semaines de pause

En me rendant compte de ma fatigue (j’ai passé mes journées entre siestes et promenades sur la plage), je me suis dit que c’était le bon pour décrocher un peu de tout. J’ai gardé Instagram pour le plaisir, mais n’ayant souvent pas d’ordinateur et surtout pas de wifi à disposition, je me suis dit que c’était aussi le moment de faire un break sur le blog et de revenir en pleine forme ! J’ai profité de Bordeaux, retrouver mes repères dans cette ville que j’ai tant aimé. J’ai profité de l’océan et de sentir le sable sur ma peau. Et surtout j’ai profité de vacances bien méritées.

Ces (premières ?) vacances prenant fin, je reprends contact avec vous : dimanche prochain, vous retrouverez enfin un nouvel article !

Prenez soin de vous, et surtout : on pense à la crème solaire !

Est-ce que vous décrochez aussi quand vous êtes en vacances ?

4 commentaires Ajoutez les votres
  1. Enfant, tous mes lieux de vacances étaient dénués de télé et d’ordi. Mine de rien, ca permet vraiment de profiter d’autres activités ! C’est bien l’un des problèmes de notre époque, on ne sait plus s’ennuyer. Or selon les études, s’ennuyer est très bon pour le cerveau.
    Profite bien en tout cas, tu l’as mérité !

    1. Eh ben oui! Je me rappelle de certains groupes de rock qui racontaient qu’ils avaient commencé la musique parce qu’il n’y avait rien d’autre à faire et qu’il fallait bien s’occuper! Comme quoi, ça vaut le coup de se décoller des écrans de temps en temps^^

  2. J’aime tellement apprécié cet article, je ne sais pas il a un côté feel good et on sent que ces petites vacances t’ont fait du bien. Puis j’ai bien évidemment adoré découvrir Bordeaux via tes Insta story 🙂 J’ai fait un micro pause instagram pendant 3 jours (pour quelqu’un qui publie tous les jours c’est un peu fou) et je dois avouer que même ça, m’a fait un bien fou. Je pense que mes prochaines vacances je ferai comme toi, bien évidemment prendre des photos et par la suite partager quelques morceaux par-ci par-là (j’adore avoir un journal de bord) mais sur le moment même, je veux juste profiter. Ca fait un bien fou de se poser, juste se laisser aller et admirer ce qui nous entoure 🙂

    1. Mooh! Merci Amandine <3 Effectivement ça m'a fait beaucoup de bien!
      C'est important de se déconnecter un peu, d'enlever la pression. On peut prendre des photos bien sur, moi ça me permet d'apprivoiser le paysage autour de moi, mais ne pas forcément chercher à tout partager en direct. Les vacances, c'est surtout pour soi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *